#LeConseilprésente – Elaina Martin

Jennifer Clark

Crédit photo : Cara Tierney 

Elaina Martin : Changer le paysage musical

Le Conseil des arts d’Ottawa appuie les artistes et organismes artistiques par l’entremise de leadership, de conseils et par la création d’opportunités afin de promouvoir et faire avancer notre potentiel créatif local.

Notre nouvelle série « Le Conseil présente » sera diffusée sur les réseaux sociaux et présentera des membres et des récipiendaires de prix du Conseil des arts d’Ottawa.

Cynthia a reçu Le Prix Victor Tolgesy pour les arts en 2012.

Elaina Martin Westfest

Crédit photo : Brian Goldschmied

D’où venez-vous? Êtes-vous originaire d’Ottawa?

Je suis originaire de Sudbury, mais je me sens chez moi à Ottawa depuis 1996. J’habite actuellement à l’Ange Gardien, au Québec, à 30 minutes d’Ottawa.

Quand avez-vous commencé à vous impliquer dans la communauté artistique locale?

Je me produisais en spectacle depuis 20 ans, en tant que chanteuse-compositrice, et j’avais enregistré un album. C’est le chant qui m’a menée à Ottawa. Je chantais du jazz dans un petit cabaret, au coin de Bank et Somerset, en duo avec un pianiste.

On jouait le jeudi et le dimanche soir, de 22 h à 2 h, et on voyait souvent les mêmes habitués. C’était aussi le plus ancien bar gay de la capitale, mais ça a changé quand j’ai commencé à m’y produire.

De là, j’ai créé un groupe, Elaina & The Chain, et  nous avons fait plusieurs tournées. Pendant la dernière, nous avons fait la première partie de trois concerts des Indigo Girls et ouvert pour Jan Arden pendant tout un festival.

Quand mon pianiste est mort du sida en 2002, j’ai raccroché le micro et ai commencé à produire mon premier festival, le Rock City Women's Festival, qui a eu lieu à Wakefield deux ans d’affilée. Et ensuite, j’ai lancé Westfest!

Comment décririez-vous votre art?

Je suis chanteuse et multi-instrumentiste. Maintenant, je suis impresario, metteure en scène, productrice et conseillère. J’ai créé ma propre entreprise de production basée à Ottawa : EC PRODUCTION.

Quel impact a eu votre implication dans la communauté des arts d’Ottawa sur votre vie?

C’est une petite communauté, tout le monde connait tout le monde, et dans mon cas, ça a été une incroyable source de soutien. Soutenir d’autres artistes est facile aussi, parce que tout le monde se connait, et travaille dans le même sens.

Pour moi, ça a été quasiment magique. J’ai rencontré des amis, des collègues, des mentors à vie au sein de la communauté des arts d’Ottawa. Je pense que tous ceux qui vivent ou ont vécu à Ottawa apprécient d’avoir l’atmosphère d’une petite ville avec les avantages d’une grande métropole. La ville commence à s’agrandir, mais la communauté des arts ici, c’est un peu comme une grande famille pour moi depuis vingt ans. Je suis certaine que je ne suis pas seule à ressentir ça.

Y a-t-il eu un moment particulièrement important, ou un souvenir qui vous soit particulièrement cher, dans votre parcours d’artiste?

Les 5 ans de Westfest. J’ai produit la première « Celebration of Aboriginal Women in Music ». L’affiche était incroyable! Personne n’avait entendu parler de ces femmes. Buffy Sainte Marie était la tête d’affiche, elle n’avait pas participé à un festival depuis plus de vingt ans, et un seul concert à suffi à lancer sa tournée canadienne, qui se poursuit encore aujourd’hui. C’était un spectacle unique qui a duré deux jours, juste après les excuses officielles aux peuples autochtones prononcées par le premier ministre. Ce fut une fin de semaine forte en émotions.

Elaina Martin Westfest

Crédit photo : Brian Goldschmied

Avez-vous des conseils pour les artistes d’Ottawa ou les artistes en général?

Sortez de chez vous! Laissez votre ordinateur. Les relations humaines, c’est encore ça qui fait tourner le monde. Pour arriver à quelque chose, il faut participer, être présent dans la communauté des arts et rencontrer le plus de monde possible. On ne sait jamais d’où viendra la prochaine opportunité!

Sur quels projets travaillez-vous en ce moment?

Je prépare Westfest 2018, sur le thème « We are all equal » (nous sommes tous égaux, NDT). Je travaille aussi sur la conférence/remise de prix pour la jeunesse autochtone Indspire, la collecte de fonds ALL STAR pour Westfest qui aura lieu le 4 mars, et je produis avec mon entreprise un gros spectacle qui aura également lieu en mars à Toronto, au profit du Sentier transcanadien. Ce n’est pas tout, mais pour résumer, disons que je me tiens occupée!

Quel effet cela vous a-t-il fait de recevoir un prix du Conseil des arts d’Ottawa?

J’étais honorée de recevoir le Prix Victor Tolgesy pour les arts, pour avoir contribué de manière importante aux arts d’Ottawa. Le prix a affecté ma carrière, car je suis très fière de l’avoir reçu. J’inclus le prix dans mon CV, il m’est cher et très important. Ça veut dire que tous mes efforts dans la communauté ont eu des impacts, que l’importance de mon travail a été reconnue et pour ça, je suis très reconnaissante.

Vous voulez en savoir plus sur Elaina et son travail? Visitez ecproduction.ca ou Westfest.

---

Le processus de mise en candidature pour Le Prix Victor Tolgesy pour les arts sera débuté en février 2018.

Partager sur : Partager sur Twitter